L’intimité avec l’autre

               Un idéal difficile mais réalisable                                          (+ quelques exercices de communication)                                                  
Définition de l’intimité

Une communication entre personnes qui implique l’ensemble de leur être : la connaissance, l’affectivité et les sensations physiques ; en d’autres mots les zones de la tête, du cœur et du sexe. Dans l’amitié, la communication ne va habituellement pas au- delà de marques d’affection qui n’incluent pas la sexualité proprement dite alors que l’intimité amoureuse se réalise par tous les modes de communication.

L’intimité repose sur le désir de recevoir et de donner.                                                                                                                                                                                                                                                          Recevoir                                                                                                                                                      L’autre est perçu comme doué d’attraits, sensuels et sexuels, mais aussi cognitifs, émotionnels et spirituels. À prime abord, la personne qui éprouve un attrait pour une autre espère qu’elle va l’accueillir, la comprendre, l’apprécier, la chérir et qu’elle agira dans ce sens.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Donner                                                                                                                                                                    À cette autre personne perçue comme éminemment désirable, le ou la partenaire éventuelle sont également très disposés à offrir la réciproque de ces attentes.

États modifiés de conscience                                                                                                                                                                                                                                                                                                Lorsque ces attentes se réalisent au moins partiellement dans une rencontre, l’un ou l’autre des partenaires, ou les deux, entrent en communion. Ils peuvent éprouver des états modifiés de conscience allant jusqu’à la transe orgasmique ou l’extase. La transe est un état d’excitation extrême où tous les sens sont en éveil alors que l’extase induit un état de calme nirvanique, une impression d’être hors de la vie ordinaire, hors du temps et de l’espace, dans un autre monde, tout en demeurant conscient de la réalité ambiante. Transe et extase mènent à une expérience du sacré au sens de l’extra-ordinaire, de la connexion avec des états ou forces qui vont bien au-delà de ce qui est éprouvé dans la vie quotidienne.

Avant de se réaliser dans la vie réelle, l’intimité amicale ou amoureuse est souvent imaginée, fantasmée, même si elle trouve ses origines dans des expériences primaires (liées aux débuts de la vie) : celles du fœtus, du nourrisson, du bébé, de l’enfant et de l’adolescent. En ce sens, une expérience d’intimité dans la vie adulte nous renvoie à toutes les étapes précédentes de notre vie personnelle.

Que l’intimité soit hautement désirée et désirable se constate quotidiennement par l’immense quête de partenaires intimes qui a cours sur toute la planète, dans et par les media, dont l’Internet, une sorte de place publique virtuelle où circulent ceux et celles qui recherchent un, une ou des partenaires. Notre époque, comme toutes celles qui l’ont précédée, comprend une quête de relations intimes. Ce qui est nouveau, surtout chez ceux qui disposent d’un minimum de ressources financières, c’est la possibilité matérielle d’intimité grâce à des endroits où l’on peut se retirer à l’abri des oreilles et regards indiscrets. (Lire à ce sujet l’article de ce site intitulé …… )

La recherche d’intimité peut se buter à un obstacle majeur : l’illusion que l’autre, sous forme de partenaire idéal, apportera à lui seul ou elle seule la réponse à la recherche d’intimité. Une telle illusion peut mener à la quête incessante de partenaires, qui aboutit finalement à un sentiment d’isolement, d’amère déception.                                                                                                                                                                                                                                              Les grands obstacles à l’intimité

  1. Des attentes infantiles envers l’autre : « sois pour moi la bonne mère, le bon père, que je n’ai jamais eus ou dont j’ai reçu trop peu ».
  2. Je veux être dominant(e).
  3. Les grandes peurs
    1. masculines et féminines : l’abandon, la trahison, l’infidélité ;
    2. surtout féminines : l’abandon, la violence, le viol (l’homme comme ogre) ;
    3. surtout masculines : l’absorption, la captation, l’enfermement, la réduction à l’impuissance (la femme comme sorcière sanguinaire).

Ce qui favorise l’intimité

  1. L’intériorité, l’introspection sans repli sur soi : devenir intime avec soi-même, explorer ses aspects sombres, sans jugement négatif : peurs, manques affectifs, blessures, colères.
  2. S’engager dans des activités qui développent l’ensemble de la personnalité en relation avec d’autres.
    • À la base, bien se traiter physiquement aux plans nourriture, sommeil, exercices physiques.
    • Développer ses talents personnels par des actions concrètes: sports, artisanat, techniques, arts.
  3. Développer sa capacité de communication- savoir écouter ce que l’autre essaie d’exprimer
    * par ses paroles
    * son regard
    * sa posture
    * sa mimique
    * ses gestes                                                                                                                                                   * ses actions                                                                                                                                    *savoir s’exprimer selon les capacités d’écoute de l’autre.
  • Développer son pouvoir comme partenaire érotique (celui de s’abandonner à l’autre, celui de lui donner du plaisir sensuel et sexuel).
    En ce domaine une abondante documentation est disponible sous forme imprimée ou audio-visuelle, sous forme d’ateliers empreints de respect et de responsabilité. À distinguer de la pornographie qui se centre sur la rencontre des sexes au plan corporel, demeurant presque muette sur les autres aspects de la relation sexuelle.

La tendance à l’érotisme est probablement innée, mais la compétence érotique s’acquiert par l’éducation ou l’autoéducation consciente, selon la personnalité et le style de chacun, dans une intention de communion avec l’autre et en partenariat avec elle ou lui. Pour la femme il s’agit de s’abandonner au plaisir érotique, pour l’homme celui d’entrer dans ce plaisir mais avec retenue et concentration. Pour les deux, l’attention porte à la fois sur soi et l’autre. Elle est très recherchée, difficile à atteindre et à maintenir. Elle tient du mystère, qu’on approche avec humilité et respect, espoir aussi. Elle suppose que les deux partenaires adoptent une attitude d’accueil et d’ouverture à l’autre, d’abandon des obligations et défenses relatives au désir, des tabous hérités de l’éducation ou de la culture ambiante pour entrer dans le plaisir qui mène à la fusion. Alors se produit une rencontre de deux énergies libres qui peuvent mener à la transe et à l’extase amoureuse.

L’expérience de l’intimité amoureuse                                                                                                                                                                                                                                                                                       Elle est très recherchée, difficile à atteindre et à maintenir. Elle tient du mystère, qu’on approche avec humilité et respect, espoir aussi. Elle suppose que les deux partenaires adoptent une attitude d’accueil et d’ouverture à l’autre, d’abandon des obligations et défenses relatives au désir, des tabous hérités de l’éducation ou de la culture ambiante pour entrer dans le plaisir qui mène à la fusion. Alors se produit une rencontre de deux énergies libres qui peuvent mener à la transe et à l’extase amoureuse.   

Vers l’intimité. Quelques exercices simples                                                                                                                                                                        Activités favorisant la communication
  1. Activité non verbale. Le groupe se divise en deux rangées A et B qui se font face,  constituant ainsi des dyades dont chaque partenaire est séparé de son vis-à-vis par  quelques mètres de distance.                                                                                                         Au signal les membres de la rangée A avancent lentement vers leur partenaire en le regardant dans les yeux. Le partenaire de la rangée B adopte une attitude corporelle et faciale accueillante. Chaque membre de la rangée A approche de son partenaire de la rangée B, déterminant lui-même à quelle distance il s’arrêtera. Une fois le partenaire A arrêté, les deux prennent quelques secondes pour communiquer silencieusement par le regard. Puis le partenaire A recule jusqu’à sa place, sans quitter le contact visuel avec B.                                                                                   Changement de rôle, la rangée B avance vers la rangée A.
  2. Activité non verbale. Le groupe est divisé en diades composées de A et B. A debout, les yeux fermés, devient une “ matière plastique ” dans les mains de B, le sculpteur.  Selon son inspiration du moment, celui-ci sculpte A (posture corporelle, positionnement des bras, jambes, etc.) Au signal survenant  après environ 3 minutes, chaque sculpture vivante garde la pose et les sculpteurs font le tour de la galerie d’art ainsi créée. Changement de rôle.
  3. Communication par le regard. Chaque participant se choisit un ou une partenaire. Les membres de la diade ainsi formée se tiennent debout face à face et, durant 3 minutes, se regardent dans les yeux, sans parole, en respiration profonde.                           Ensuite chacun décrit verbalement à l’autre ce qu’il a ressenti durant la communication silencieuse.
  4. La question “ qui es-tu? ” et le développement de l’écoute. Une diade, A et B.
    B demande à A : qui es-tu? A répond de façon un peu élaborée. B lui répète le contenu de sa réponse de façon résumée mais la plus exacte possible. Il pose une 2e fois la question à A. Celui-ci donne une 2e réponse, dont le contenu sera encore une fois répété en résumé par B. 3e question à A: “Qui es-tu?” Sa 3e réponse, est suivie du résumé de B. Finalement A dit à B s’il a été bien compris, complète ce que B lui a dit, sans reproche.                                                                                                                                      Inversion des rôles. Cet exercice peut se faire en plus d’une séance.
  5. Le langage des mains, activité non verbale. Deux partenaires, A et B. Chacun ferme les yeux et communique silencieusement avec l’autre, par la seule manipulation de ses mains. L’activité dure  environ 3 minutes.

       Pierre Gauthier, Ph.D., psychothérapeute et formateur                                                                                                                                Tél.: 514-288-3216; pgauthier32@videotron.ca

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *