Présentation du site

Le site web L’intuition en psychothérapie s’est construit sur la base d’un demi-siècle de travail en psychoéducation et psychothérapie. Il comprend surtout des textes écrits qui sont proposés au lecteur dans un but de partage de connaissances et d’expérience. On ne saurait y trouver l’apologie d’approches psychothérapiques faisant fi des connaissances scientifiques, de la recherche anthropologique et psychologique, de la culture au sens large. Au contraire, c’est ma conviction profonde que l’intuition n’est un guide de première importance en psychothérapie que si elle fait constamment l’objet d’autocritique, de critique par les pairs et de vérification des effets de l’intervention sur la personne ou le groupe client.

Les approches que je pratique et enseigne s’appuient sur un ensemble d’hypothèses et théories abondamment documentées : la théorie psychodynamique de la personnalité, le principe épigénétique, les approches psychoéducative et holistique, le concept de l’énergie vitale, l’hypothèse de la guérison en écho. Toutes peuvent trouver leur place dans au moins une des grandes approches fixées par la loi 21, promulguée en 2012 par le Gouvernement du Québec.

L’obtention d’un doctorat (Ph.D.) en sociologie m’a amené à accomplir plusieurs travaux selon la méthode scientifique la plus rigoureuse possible, largement inspirée des sciences dites exactes: observation d’un phénomène, élaboration d’hypothèses, vérification de chaque hypothèse grâce à un protocole de recherche minutieusement établi, présentation et discussion des résultats qui eux-mêmes servent de base à de nouvelles recherches. Dans ses grandes lignes et son esprit la méthode scientifique est indispensable mais elle peut devenir contreproductive dans la pratique quotidienne de la psychothérapie si on l’applique à la lettre. Alors  très souvent le client se sent réduit à l’état de « cas », résiste à la vérification des hypothèses posées ou de la démarche imposée, se sent attaqué ou diminué dans son intégrité personnelle, perçoit l’action de son thérapeute comme un essai de domination.

C’est que, selon mon expérience,  l’intervention psychothérapique ne repose pas sur une réalité observée dans des dimensions fixes et ne saurait suivre point par point un protocole prédéterminé. La réalité du client et celle de son thérapeute changent constamment. Chaque entrevue est en quelque sorte un nouvel univers où le client se révèle sous des aspects jusques là peu connus ou inconnus, tant de lui-même que de son thérapeute. Sa réalité quotidienne est constamment modifiée par des événements nouveaux qui viennent exercer sur lui des influences parfois majeures. À proprement parler l’intervention thérapeutique ne peut donc se dire « science », on peut cependant parler d’un art-science au sens que l’intervention se fait par une personne qui, disposant d’une connaissance et expérience appuyées sur la recherche et l’héritage scientifiques, s’adapte constamment à une réalité mouvante. La démarche est un « work in progress » où client et thérapeute sont engagés dans une entreprise de coopération, comme dans une exploration en territoire inconnu ou mal connu. Pour cette raison l’intuition du psychothérapeute lui est indispensable.

Qu’est-ce que cette intuition? Le philosophe Henri Bergson la définit comme « l’intelligence chevillée à l’instinct ». ((Bergson, H., 1996. L’évolution créatrice. Paris: Quadrige/PUF, 26.)) C’est une connaissance qui s’appuie sur ce qu’exprime le client par son langage verbal et corporel, mais aussi par l’ensemble de son histoire personnelle et les modalités de son interaction avec son thérapeute. Un jeu subtil de transfert – contre-transfert s’opère qui amène le thérapeute à être très attentif à son ressenti subjectif en même temps qu’aux messages verbaux et corporels (posture, expression faciale, tonalité de la voix, gestuelle) émis par son client. Sur cette base il tente de décoder ce qui lui appartient en propre et ce qui est ressenti par le client, tout cela placé dans la perspective de la biographie de chaque personne en présence. Si l’on ajoute à ces sources de messages un travail de psychothérapie corporelle où le client est invité à explorer sur place, avec la collaboration active de son thérapeute, des expériences telles que la relaxation assistée, l’expression sécuritaire de gestes agressifs grâce à des exercices inspirés des arts martiaux, de l’imagerie guidée ou spontanée, des séquences de psychodrame, on obtient un ensemble interactif dont le thérapeute est partie prenante, où il recueille un flot d’informations.

Confronté à ces blocs de données il tente de discerner comment son client évolue dans la guérison de ses carences et blessures, comment il conquiert peu à peu le sens de son autonomie et de son identité. Pour ma part j’endosse fortement la théorie du psychiatre Jean-Charles Crombez selon laquelle tout individu dispose d’un processus d’auto guérison qui lui est propre. ((Crombez, J.-C. (1994). La guérison en écho. Beauport, Qc: Publications MNH.)) L’art du thérapeute consiste à identifier ce processus et faciliter son accomplissement. Comme les données recueillies sont très nombreuses, le thérapeute est amené à se fier à ses processus d’analyse et de synthèse dont une partie est inconsciente, où les aspects émotionnels occupent une place prépondérante. C’est en ce sens que je parle d’intuition, de cette connaissance qui ne saurait être strictement de l’intellect. L’empathie avec le client y est un guide de première importance, à ne pas confondre avec les automatismes engendrés par le contre-transfert qui échappe à la conscience. Comme le montrent bien les travaux de Conrad Lecomte et collaborateurs ((Lamboy, B., Blanchet, A. et Lecomte, C. L’opérationnalisation du concept de conscience réflexive du psychothérapeute, dans Revue Européenne de Psychologie Appliquée, volume 54, no 3, Septembre 2004, pages 189-205.))

, la psychothérapie s’élabore dans la relation entre deux subjectivités, celle du thérapeute et celle du client, lui aussi doué d’intuition.

Comment opère-t-elle? Qu’elle soit propre au thérapeute ou au client, à quelles conditions peut-on s’y fier? Questions auxquelles il n’est pas possible de répondre dans un simple texte de présentation. Ce site veut tenter de le faire en présentant des textes que j’ai écrits ou auxquels j’ai collaboré à titre de psychothérapeute et de formateur. J’y inscrirai aussi des contributions de collègues qui eux aussi accordent à l’intuition une valeur de premier plan ou bien encore manifestent des orientations différentes mais éclairantes. Ajoutons en terminant que,  pour être juste et fiable, l’intuition requiert de celui qui s’en sert à des fins thérapeutiques l’accomplissement d’une psychothérapie personnelle approfondie, avec accompagnement par un guide aussi instruit qu’expérimenté.

Les documents trouvés sur ce site traduisent de multiples façons des efforts de pratiquer et enseigner la psychothérapie en recourant aux connaissances scientifiques tout en faisant une large place à l’intuition. Ainsi j’espère apporter une contribution utile aux personnes qui s’intéressent à la psychothérapie et, possiblement, veulent la pratiquer comme guide de conscientisation de soi-même ou intervenir auprès d’autres personnes. Mon but est de faciliter la compréhension des processus psychiques dans une perspective de convergence des approches, d’aider le lecteur à  développer son pouvoir  d’auto guérison et de support à la guérison d’autrui, de favoriser l’épanouissement personnel de chacun et sa contribution au patrimoine commun.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *